www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
satuc - section athlétisme toulouse université club

 

Bonjour Karim, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

 

Je m’appelle Karim RIFFAYN, et j’ai 25 ans.

Je viens de l’île de Mayotte, entre Madagascar et l’Afrique. Je suis étudiant en 3ème année de gestion à la fac Jean Jaurès.

J’ai commencé l’athlétisme en 2012 par hasard grâce à un professeur d’EPS au Lycée Youmoussa Bamana qui avait noté ma vitesse au baseball. Elle m’a fait prendre une licence au club de Tama Bandrelé Athlétisme et m’a acheté les équipements pour l’entrainement. En 2012, lors d’une compétition au Racing Club de Mamoudzou (le meilleur club de Mayotte), j’ai fait un tellement gros 200 que leur entraîneur Sébastien Synave m’a fait intégrer le club l’année suivante.

Après m’être qualifié aux France espoir à Aubagne en 2013, j’ai privilégié mes études en 2014. L’été 2014, j’ai rejoint le SATUC avec Oliver Galy.

Cela fait 3 ans que je suis dans ce club, j’ai été bien accueilli et intégré.

Cette année je me suis fixé des objectifs,  j’ai envie de me donner les moyens nécessaires pour figurer parmi les meilleurs.

 

Peux-tu nous raconter comment on passe des pistes de Tournefeuille, Montauban ou Rodez à celle légèrement plus prestigieuse du stade olympique Elisabeth II à Londres ?

 

Après les interclubs, j’ai enchainé les courses. 10’’74 et 21’’79 à Montpellier, puis 21’’55 à Montauban (malheureusement avec un vent légèrement trop favorable : +2,1m/s), 21’’50 puis 21’’31 aux championnats d’Occitanie, toujours avec trop de vent. Le lendemain j’ai réalisé un chrono correct sur le 100m de 10’56. C’était une belle course, j’ai bien dominé la course sans me préoccuper des autres.

Je savais que ce chrono m’ouvrait des portes, j’ai pris la décision de rentrer en contact avec la fédération comorienne.

Ils ont été ravis que je présente les Comores à l’international, le président a fait les démarches nécessaires pour m’intégrer aux championnats du monde. Cela a toujours été un rêve de représenter mes origines car mes deux parents viennent de l’île Anjouanaise qui fait partie des Comores.

 

Tu sais comment ça va se passer pour toi là-bas ?

 

Pour l’instant, je n’aucune idée de ce qu’il va se passer sur place. Je connais juste le jour de mon départ qui est le 2 août. Tout est pris en charge par l’IAAF (l’hébergement, le vol etc…).

 

Un championnat du monde, une course que tu vas préparer comme les autres ?

 

A part la médiatisation, le championnat du monde est une compétition comme les autres donc je ne vais pas changer ma façon de travailler.  

 

Je n’ai pas fait pas les minima qui sont de 10''21, je vais donc devoir passer par le tour préliminaire. Je pense me qualifier en séries mais ça va être compliqué pour la demi-finale.

Je n’ai pas de limite, c’est ma première compétition internationale donc je vais profiter et m’amuser.

 

Un objectif particulier ? Un chrono ? Un autographe ? Une interview avec Nelson Monfort ?

 

L’objectif est de réaliser un meilleur chrono car le chemin ne fait que commencer.

 

Tu as prévu un petit signe à la caméra pour ta série ?

 

Je n’ai pas de signe en particulier, j’espère gérer mes émotions et rester humble.

 

Si tu te retrouves à côté de Bolt en série, t’as un plan pour battre ? (on lui répètera pas, promis)

 

Si je me trouve en série avec Bolt, il faut qu’il s’accroche, car c’est ses derniers championnats du monde mais aussi sa dernière course. Je vais le foudroyer d’entrée car il a un départ moyen, je vais miser sur ce point.

 

Quel est ton meilleur souvenir athlétique ?

 

Je n’ai pas spécialement de meilleur souvenir, je profite à fond de chaque course, je prends beaucoup de plaisir, que ce soit au niveau des entraînements, des compétitions etc… même si parfois c’est dur pour le corps de suivre comme il faut.

 

Ton secret pour réaliser de belles performances ?

 

Il n’y a pas de secret pour faire de bonne performance, il faut s’entraîner ! Et manger sereinement. 

 

Enfin un mot, pour ton groupe d’entrainement, tes coachs ou le club ?

 

Je pense que sans les coachs et mon groupe, je n’en serais pas là où j’en suis, c’est en partie grâce à eux que j’ai pu atteindre ce niveau. Ils ont su trouver les mots quand j’en avais besoin.

Je m’entends avec tout le monde que ce soit le staff, le groupe, et je sais que je peux compter sur tout le monde pour être derrière moi et m’encourager.

 

Effectivement, on sera tous derrière toi pour t’encourager. Tour préliminaire le 4 août à 20h, séries le 5 à 12h45. Bonne chance à toi, Karim !

Les Espaces